Fragmenticien

./Symbolon

Le mot symbole issu du grec «Sumbolon» ou «Symbolon», connait différentes définitions selon les époques, les cultures et les emplois.

En tant que concept, le symbole est défini au sens commun comme une représentation pensée chez un individu ou un groupe.

Le symbole peut-être une image, un son, une forme, ou encore un mot. Il peut aussi prendre l’apparence d’un objet.

Pour reprendre Descartes et donner une définition de l’objet «Ce qui est pensé ou représenté par l’esprit, indépendamment de toute réalité lui correspondant et du sujet ou de l’acte par lequel il est pensé ou représenté».

Si l’on s’en tient à cette définition, en aucun cas un objet constitue à lui seul l’essence symbolique que nous pouvons lui attribuer. On pourrait alors évoquer une forme «d’interaction»  entre ce qui appartient au réel et ce qui ne lui appartient pas, finalement de dissocier le concept de l’objet.

 

«Symbolon» propose d’ouvrir une réflexion sur les «interactions du concept de symbole» au regard de son réceptacle qui le fait exister, l’objet.

Finalement, que représente ou plutôt que nous raconte la part symbolique d’un objet à partir de l’instant où sa représentation sensible tend à disparaitre?

 

Un pot de terre fragmenté, image d’une nature domptée, ne jouant de fait plus son rôle de réceptacle est-il encore porteur de sa symbolique associée?

 

Si l’on considère l’existence d’une interaction, alors le concept, dépossédé du masque de la réalité, nous amène à une relecture libérée, voire éclairée de notre rapport au monde sensible.